Travaux d'imprimerie - Création graphiques

Aller au contenu

Menu principal :

COMPETENCES
Ofmi machine typo
Imprimerie

De formation classique, j'ai appris les techniques d'impression au Lycée Gustave Eiffel, à Bordeaux, dans les années 80. Cette période marquait la fin de la typographie traditionnelle, l'avènement de l'impression offset, le marché de l'imprimerie était alors florissant, le métier valorisé.

Les principales techniques d'impression :

- La typographie
Attribuée à Gutenberg, l'invention de l'imprimerie se situe au VI è siècle, en Chine. Gutenberg en reprendra la technique de base pour la développer vers 1440. Il est à l'origine des caractères mobile en plomb et des premières presses typographiques. Utilisant le principe du relief, la typographie est ultilisée avec des caractères en bois, des clichés en magnésium puis plus récemment, photopolymères.
Encore présentes dans les ateliers, certaine machines typographiques sont parfois utilisées pour des travaux ponctuels : découpe, rainage, gaufrage, dorure à chaud, perforation.

Sources images Wikipédia
                
  Caractères mobiles de Worin Cheon en Corée, 1447           Johannes Gutenberg - 1400/1468                            Composteur et casse - Lecture à l'envers

- L'offset
Apparue dans les année 70, l'impression offset va révolutionner le monde de l'imprimerie par sa rapidité de mise en oeuvre et de production. Le relief disparait au profit de plaques photosensibles, préalablement insolées et développées. Ces dernières comportent alors les textes et images à imprimer. Les presses offset sont équipées de trois cylindres : porte plaque, porte blanchet, et cylindre de pression, qui permettent le transfert de l''image sur la feuille de papier.

Le principe d'impression repose sur l'antogonisme entre les corps acides et gras : la plaque offset reçoit simultanément eau et encre, l'eau venant former un film sur la partie "nue" de la plaque et repoussant l'encre, cette dernière se déposant sur toutes les parties comportant la couche "developpée", au relief invisible, mais recevant les corps gras, l'encre. A ce stade le rôle de l'imprimeur consiste à équilibre l'apport d'eau et d'encre sur la plaque, en fonction de la surface d'impression (textes, images ou à plats), de façon à transférer la bonne quantité d'encre sur les autres cylindres. Lors de la mise en pression les trois cylindres se touchent pour effectuer le transfert, l'encre se dépose de la plaque sur le cylindre porte blanchet, couvert d'un support "caoutchouc", qui reçoit une copie parfaite de "l'image" à transférer et le dépose à son tour sur le papier, enroulé autour du cylindre de pression.
Source Adam DELEU Wikipédia

La technique de l'impression offset n'a cessé d'évoluer depuis, les machines sont de plus en plus rapides. Assistées par l'informatique, elles dominent le marché mondial de l'impression et permettent l'impression d'une majorité de produits : tracts, affiches, dépliants, revues etc...
On retrouve ce procédé sur les rotatives de journaux, qui assurent une production à partir de bobines de papier, à des cadences très élevées.

Machine offset 4 couleurs.



La sérigraphie

Créée en Chine en 960, la sérigraphie est un procédé d'impression basé sur le système du "pochoir". L'écran consiste en un tissu tendu (anciennement appelé "soie") en polyamide ou polyester, fixé sur un cadre en bois ou plus récemment en aluminimum. Le tissu tendu ayant préalablement été insolé (procédé photo), recoit l'image à imprimer. Les parties développées laissent la toile à nu, l'émulsion (enduction) restante empêchant l'encre de traverser la toile lors de l'impression. La suite du processus consiste à "racler" l'encre (pochoir) et ainsi la déposer sur la surface à imprimer.

Cette technique, artisanale ou industrielle, permet de déposer de l'encre sur tous types de supports d' épaisseurs variables.

Fortement concurrencée par les nouvelle techniques d'impression numériques, la sérigraphie est encore utilisée dans certains cas, mais devient peu à peu marginale au vu de l'évolution de sa concurrente numérique.

Produits concernés : adhésifs, enseignes publicitaires, panneaux de chantier, PLV, textiles...
Tirage sérigraphie manuelle
La flexographie

Basée sur l'impression en relief, ce sont des clichés souple en photopolymères qui en sont la forme imprimante. On retrouve de procédé pour l'impression d'étiquettes en bobines, cartons ondulés, sacs plastiques.
Utilisant des encres à l'eau, à solvants ou UV, elles sont adaptées en fonction des supports et des cadences d'impression.

Principalement utilisée dans l'industrie agro-alimentaire, la flexographie permet la fabrication de tous types d'étiquettes adhésives, au formes variées. Elle permet également l'impression d'étiquettes de vin, adhésives également, ce qui a quasiment signé la fin des étiquettes imprimées en traditionnel.
Imprimante numérique (traceur) grand format
Traceur impression numérique grand format
Impression numérique

Procédé désormais incontournable dans les ateliers d'impression, le numérique absorbe une grande part du marché. On le retrouve dans l'imprimerie traditionnelle, en complément ou remplacement de l'offset. Rapide, fiable, qualitative, l'impression numérique est idéale pour répondre aux petites et moyennes séries pour tout ce qui concerne les travaux classiques : carterie, dépliants, flyers etc...

L'arrivée des traceurs grands formats à également révolitionné le monde de l'impression et remplace peu à peu les procédés de sérigraphie : impression sur vyniles grands formats, enseignes, impression directe sur plaques aluminium, textiles...l'impression numérique en jet d'encre permet de nombreuses applications, pour l'intérieur comme l'extérieur. La grande résistance des encres UV, combinée à des supports de qualité, lui confère des atouts que les techniques traditionnelles n'ont plus (qualité de reproduction des images, rapidité de mise en oeuvre, diversité des supports).
Retourner au contenu | Retourner au menu